Jón Atli Jonassón – Les enfants de Dimmuvík

Année 1930. Une famille dépérit dans une ferme enlisée au sein d’une crique islandaise. Les récoltes ont été insuffisantes, il faut abattre les bêtes qu’on ne peut plus nourrir. La nourriture manque cruellement malgré les tentatives de pêche du père. La mère devient folle et les trois enfants dépérissent, accablés par la faim.  Poursuivre la lecture

Andri Snær Magnason – Poèmes de supermarché (Bónusljóð)

Les poèmes doivent être au service du marché. […] Ils doivent stimuler la croissance économique et promouvoir la consommation.

Voilà ce que nous dit Andri Snær Magnason dans son recueil BónusljóðPoèmes de supermarché, en Français. Exceptionnellement, l’Évadée vous propose donc une chronique à consommer, rentable, digitale, à choisir selon vos envies.

Poursuivre la lecture

Eiríkur Örn Norðdahl – Heimska, La stupidité

Que peut l’art pour sauver l’homme prisonnier de la technologie ? Pas grand-chose quand il est lui-même esclave de l’ego. C’est en substance ce que nous dit Eiríkur Örn Norðdahl dans Heimska, La stupiditéun roman corrosif et enlevé qui décrit les mœurs d’une société Islandaise ankylosée et perdue dans sa propre contemplation. Poursuivre la lecture