Åsa Grennvall – 7ème étage

Sobre et implacable, Septième étage est le récit autobiographique de l’illustratrice suédoise Åsa Grennvall, qui, pendant ses études d’art, a subi des violences de la part de son compagnon.  De la séduction à l’emprise, puis à la domination, la violence verbale, psychologique et physique, les dessins racontent l’enfermement et déconstruisent les mécanismes à l’œuvre qui permettent d’installer une relation toxique. À mettre entre toutes les mains. Poursuivre la lecture

Hjalmar Bergman – Le troll et le rayon de soleil

Que se passe-t-il quand une créature destinée à la nuit rencontre un rayon de soleil ?

Une fois n’est pas coutume, l’heure est aux contes et à la littérature jeunesse avec un titre de la maison d’édition Au nord les étoiles, consacrée à la littérature jeunesse des pays scandinaves. La jeune maison a publié fin 2017 son troisième ouvrage, un conte du célèbre Hjalmar Bergman encore inédit en français : Le troll et le rayon de soleil (Det egendomliga trollet och sostrålen) Poursuivre la lecture

Pär Thörn – Le Chronométreur

1

Le Chronométreur de Pär Thörn est un roman suédois.

2

Le Chronométreur, titre original Tidsstudiemannen, est traduit du suédois par Julien Lapeyre de Cabanes et édité par Quidam.

3

Le roman contient des sections courtes divisées en 91 numéros. Chaque section se lit en moyenne en 40 secondes. Le livre a donc une durée de lecture d’une heure et 40 secondes. Poursuivre la lecture

Stig Dagerman – Notre besoin de consolation est impossible à rassasier

Vårt behov av tröst är omättligt, en suédois.

Paru à l’origine en 1952, le texte de Dagerman est publié en 1955, à titre posthume donc. Il fait partie d’un recueil intitulé Dikter och dagbok (Poésies et Journal intime) de l’éditeur et critique littéraire Olof Lagercrantz.

Le texte, traduit en français et isolé du reste du recueil est donc une spécificité de l’édition française voulue par Actes Sud. il parait en 1981.

Poursuivre la lecture

Karin Boye – La Kallocaïne

En 1940 une poète suédoise, Karin Boye, écrivait un roman dont l’importance reste confidentielle en France. Pourtant, la Kallocaïne, tout droit inspiré du Meilleur des Mondes et de Nous autres, a largement influencé l’un des romans dystopiques les plus importants : 1984 de Georges Orwell.

Quelle est donc l’histoire de la Kallocaïne ? Pourquoi le roman, qui figure pourtant systématiquement dans les listes des plus grandes contre-utopies est-il si peu connu en France ?

Poursuivre la lecture